L’intelligence Artificielle pour révolutionner le secteur du lait

08 novembre 2022
  • opérations
  • alimentaire
  • Microsoft
  • data

Le saviez-vous ? La vache est probablement l’animal le plus connecté au monde. Ce constat aura servi de point de départ pour une collaboration fructueuse entre RumeXperts, delaware et Digital Wallonia dans laquelle il était question d’intelligence artificielle, de modèle prédictif et des contraintes du marché du lait. 

Chief Technology Officer de RumeXperts, une entreprise spin-off de l’Université de Liège active en recherche vétérinaire, Léonard Theron nous en dit plus sur cette caractéristique a priori surprenante des bovins. « Bracelet, collier ou puce au niveau de la vache, dispositifs installés dans le tank à lait, données météo…   De très nombreux paramètres peuvent être suivis dans les élevages bovins, par exemple ceux liés à l’alimentation ou à la traite. Mais aujourd’hui, cette masse de données reste souvent sous-utilisée ».

Une salve de données pour réduire les temps de réaction

C’est pour pallier ce manque que RumeXperts et Léonard travaillent depuis plusieurs années d’arrache-pied. Leur ambition ? Exploiter tout le potentiel que peuvent avoir ces données pour le secteur agricole et les exploitations d’élevages bovins. « Pourquoi de telles données sont-elles importantes ? Notamment parce que le prix du lait se base avant tout sur sa composition, par exemple son taux de protéine, le pourcentage de matières grasses ou la quantité de germes qu’il contient », explique Léonard. « Une variation minime de ces valeurs peut avoir un impact important sur les rentrées financières des exploitants. Or, entre le moment où un problème affectant ces paramètres se déclenche et où l’exploitant agit, il s’écoule en moyenne 35 jours. C’est pour réduire ce temps de réaction que nous avons conçu et développé Salve. Cette plateforme en ligne analyse les données d’un élevage bovin pour envoyer des alertes vétérinaires signalant l’existence d’un problème avant même que l’éleveur ne s’en rende compte, comme une hausse du taux de germes dans son tank à lait. Cela permet donc de réduire drastiquement le temps de réaction entre la genèse d’un problème et les mesures prises pour le résoudre. »

Et ce n’est pas le seul atout de Salve pour les exploitants bovins, comme le précise Léonard Theron. « Nous récoltons les données d’environ 250 exploitations. Cela signifie que nos utilisateurs profitent d’une vue multi-troupeaux, et donc d’un benchmark auquel ils peuvent confronter les données de leur élevage. »


3 people on a farm

Guillaume Prieur, data scientist chez delaware, Léonard Theron, Chief Technology Officer de RumeXperts et Benoît Loffet, Senior Manager Data & IA chez delaware.

Passer du descriptif au prédictif

Mais si Salve permet aux exploitants de réagir plus vite, ses données sont avant tout descriptives, avec à la clé des alertes données lorsqu’une variation existe déjà. Comment donner encore plus de pertinence à son outil ? Pour RumeXperts et Léonard, cela passe par l’exploration du potentiel prédictif des données et de l’intelligence artificielle… De quoi réagir dès que la possibilité d’un risque sera identifiée, donc avant même que l’anomalie ne se déclenche !

« Nous disposions d’un très grand nombre de données. Nous savions aussi qu’il y avait par rapport à ces données des modèles récurrents dans les fermes, et que certaines de ces fermes étaient prédictibles », contextualise Léonard. « Nous souhaitions dès lors voir comment l’IA nous permettrait de générer de la prédiction qui aurait une vraie valeur ajoutée pour les fermes. Et pour avancer, nous nous sommes tournés vers Digital Wallonia. »

La stratégie numérique d’une Région

« Digital Wallonia, c’est la stratégie numérique de la Wallonie », explique Antoine Hublet, chef de projet  à l’Agence du Numérique, l’organisme chargé de porter cette stratégie. « L’objectif est d’accélérer l’adoption du numérique en Wallonie. C’est dans ce contexte que notre programme DigitalWallonia4.ai cible l’adoption de l’intelligence artificielle, ce pour quoi nous accompagnons la transformation numérique des entreprises grâce notamment à 2 mécanismes:

  • Start.IA est un diagnostic de maturité que nous finançons à 70% et dans lequel nous accompagnons les entreprises pour identifier les opportunités que leur ouvre l’IA. 
  • Le second mécanisme est Tremplin.IA, à savoir la mise sur pied d’un Proof of Concept permettant de tester une idée et qui peut donc prolonger un Start.IA, avec là aussi un financement à 70% de l’accompagnement.  »

Et c’est donc un Start.IA et un Tremplin.IA qui auront servi de lien entre RumeXperts, Digital Wallonia et delaware.

Ce que nous a apporté delaware ? Tout d’abord une vision transversale et très professionnelle du métier de la donnée. Leurs data scientists ont très vite compris le type de modèle dont nous avions besoin.
Léonard Theron, Chief Technology Officer de RumeXperts

Une candidature modèle

« Ce qui nous a plu dans la candidature de RumeXperts ? Leur projet était déjà bien avancé, avec une vision claire et réfléchie de ce qu’ils voulaient », poursuit Antoine. « De plus, avoir une telle initiative dans un secteur agroalimentaire wallon où l’utilisation de l’IA reste timide est une source d’inspiration pour d’autres acteurs. Cela démontre à tous que la technologie peut amener des solutions et avoir une plus-value concrète pour un exploitant agricole. » 

C’est donc à ce moment que delaware est entré en scène. Antoine : « delaware fait partie d’un pool d’une quarantaine d’experts IA auxquels nous confions ces missions d’accompagnement. Le défi lorsque nous allons puiser dans ce pool est de constituer le meilleur tandem possible entreprise accompagnée – expert accompagnant. Dans le cas de RumeXperts, le choix de delaware était une évidence. Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’ils disposent d’une forte expertise dans ce secteur de l’agroalimentaire, mais aussi parce qu’ils avaient déjà dirigé des projets similaires et collaient parfaitement aux attentes de RumeXperts. » 

Benoît Loffet, Senior Manager Data et IA chez delaware, enchaîne : « nous participons à ces projets d’accompagnement portés par Digital Wallonia depuis qu’ils existent. Et c’est toujours un réel plaisir, car l’approche très agile du concept nous permet de démarrer très facilement. Par ailleurs, la variété des missions est aussi une porte d’entrée vers le cœur des métiers de nombreuses entreprises, et ce dans divers secteurs. C’est cette compréhension de leurs enjeux fondamentaux qui est essentielle pour donner du sens aux données ! Pour ce faire, nous nous appuyons sur une équipe de 140 personnes spécialisées en data. Grâce notamment à une maîtrise parfaite des technologies Microsoft et SAP, ces experts sont capables de définir des stratégies, mais aussi de mettre en place des plateformes de données modernes dans le Cloud, de construire des systèmes de reporting, de développer des algorithmes d'intelligence artificielle et d'accompagner les sociétés dans la gestion du changement que ces nouveaux modes de travail nécessitent. Ce qui nous a marqué chez RumeXperts ? Léonard et son équipe savaient très clairement où leur projet se situait et ce vers quoi ils voulaient aller. Ils disposaient déjà d’une plateforme collectant des données propres. Nous partions donc d’une situation idéale où tout était limpide. »

Du Start au Tremplin

« Lors de cette étape du Start IA, l’équipe de Benoît était chargée d’explorer les données utilisées par Salve et de voir dans quelle mesure elles pouvaient générer de la valeur », ajoute Léonard. « Nous avons mené cette exploration en 3 temps », enchaîne Benoît. « Nous nous sommes tout d’abord concentrés sur l’architecture, pour analyser la compatibilité entre nos systèmes et ceux de RumeXperts. Nous nous sommes ensuite plongés dans les données elles-mêmes, ce qui nous a permis de définir 3 dispositifs d’exploration basés sur cette analyse des données et qui étaient prometteurs en termes de prédiction. »

Dans la foulée immédiate de cette étape exploratoire du Start.IA, le tandem RumeXperts et delaware est passé à la vitesse supérieure du Proof of Concept et du Tremplin IA. Et là aussi, les résultats ont été à la hauteur des espérances. 

Léonard : « Grâce au travail accompli lors de ce tremplin, nous avons démontré que deux des trois objectifs de prédictibilité, à savoir le taux de matière grasse du lait et le nombre de cellules qu’il contient, tiennent la route et peuvent donc être utilisés en production. Du côté des fermes présentes dans Salve, 30 à 50% des 250 exploitations représentées dans notre cohorte sont prédictives, ce qui veut dire que nous pouvons leur délivrer une valeur ajoutée concrète. Ces résultats sont très positifs. Dans un milieu agricole où tout est basé sur l’intuition, on pourrait même parler de révolution ouvrant la voie à la création d’une nouvelle forme d’élevage consommant moins de ressources. »

Un bilan largement positif

Qu’en est-il en fin de compte du bilan de ce tandem formé par RumeXperts et delaware sous les auspices de Digital Wallonia ?  

« Ensemble, nous avons mis sur pied des solutions permettant de transformer les données en informations exploitables grâce à un modèle prédictif qui tourne dans le Cloud Microsoft », explique Léonard. « Notre plateforme Salve va aller interroger les données via ce modèle, rapatrier les résultats et les présenter de manière compréhensible pour l’utilisateur. Ce que nous a apporté delaware ? Tout d’abord une vision transversale et très professionnelle du métier de la donnée. Leurs data scientists ont très vite compris le type de modèle dont nous avions besoin. Ils en ont ensuite exploré un grand nombre en les confrontant à nos données pour voir ce qui allait en ressortir, de quoi définir lequel de ces modèles serait le plus performant. Même sans connaitre au départ notre secteur, ils ont bien compris notre métier. Cela nous a permis d’avancer ensemble sur la base d’un modèle de co-construction où chacun apprenait de l’autre. »

« Pour relever ce type de défi, il est effectivement essentiel d’avancer main dans la main », rappelle Benoît. « Sans la connaissance métier, on ne peut rien faire des données. Ce travail de partage et d’échange est la seule recette qui permet d’obtenir des résultats. » 

Et pour RumeXperts, ces résultats se traduisent déjà en perspectives prometteuses. « La version avec les indicateurs que nous avons générés sera en production dans le courant du mois de décembre, ce qui devrait nous permettre de convaincre de nouveaux utilisateurs tout en donnant encore plus de consistance à nos résultats », conclut Léonard.  

Contactez Benoît

Voulez-vous savoir ce que les données peuvent faire pour vous et votre organisation ? Contactez Benoît par email ou sur LinkedIn pour discuter de la manière dont votre entreprise peut devenir véritablement axée sur les données.