Construire la chaîne d’approvisionnement agile : planifier la reprise et au-delà

mars 23, 2021
  • IT
  • finance
  • opérations

Alors que de nombreux gouvernements assouplissent à présent les mesures de confinement et mettent en place des plans pour tenter d’aider l’économie à se redresser, le secteur manufacturier se concentre sur un retour progressif à une nouvelle normalité. À mesure que le secteur commence à évoluer à partir de la phase initiale de réponse à la COVID-19 et que les entreprises s’adaptent pour satisfaire aux nouvelles demandes, il est important que les entreprises examinent comment elles préparent leurs chaînes d’approvisionnement pour la prochaine étape de la reprise, et au-delà. Les organisations devront développer et déployer de nouvelles stratégies dans l’ensemble de leurs activités pour rester compétitives et aider leur entreprise à prospérer. Mais comment peuvent-ils planifier au mieux la phase de relance et s’assurer que les opérations de leur chaîne d’approvisionnement sont adaptées à l’avenir ? 

La planification et la prévision de l’avenir sont essentielles

Toutes les entreprises manufacturières ont tiré de nombreuses leçons de la crise. Au plus haut niveau, la première est de ne pas négliger l’importance de la planification de l’avenir. La crise a perturbé les chaînes d’approvisionnement internationales, suspendu les activités commerciales et considérablement réduit les revenus. Pour assurer leur longévité et leur capacité à fonctionner dans le futur environnement commercial, les organisations doivent se préparer et s’adapter rapidement à des influences externes imprévisibles en constante évolution.

Les prévisions reposent sur des données historiques et supposent que l’avenir est similaire au passé. Avec la crise actuelle, l’avenir sera imprévisible et, par conséquent, il est peu probable que l’utilisation de données historiques récentes fournisse une orientation précise de ce qui est susceptible de se produire à l’avenir. Des modèles alternatifs devront être développés pour fournir des prévisions plus précises. L’adoption d’algorithmes d’apprentissage automatique pouvant être formés avec des quantités relativement faibles d’informations historiques, ainsi que de nouveaux types de flux de données capturés en temps réel, devraient contribuer à la réalisation de cet objectif.

De manière générale, les entreprises devront se concentrer sur les flux de trésorerie et les liquidités, en veillant à ce que les clients paient en temps voulu. Il faudra également s’attacher à satisfaire la demande des clients et à leur fournir des services optimaux. Cela peut impliquer de travailler davantage en collaboration avec les clients pour limiter la gamme de produits et se concentrer sur les produits pour lesquels il est plus facile de s’approvisionner en composants au bon coût.

À un niveau opérationnel plus fin, les organisations ont appris la nécessité d’une flexibilité et d’une adaptabilité continues. Les entreprises qui dépendent de la production à l’étranger devraient envisager de déplacer une partie de la fabrication sur place ou de la rapprocher de leurs marchés principaux. Cela leur permettra, par exemple, de répartir le risque entre les fournisseurs.

Un nouvel impératif pour le numérique

Les technologies numériques avancées sont essentielles pour permettre aux fabricants d’adapter ou de modifier rapidement leur modèle d’exploitation. Les entreprises intelligentes qui exploitent actuellement une infrastructure numérique sophistiquée ont pu s’adapter rapidement et faire pivoter leur activité pour satisfaire de nouveaux canaux de clientèle et de nouveaux produits. La possibilité d’accéder à des données en temps réel permet aux entreprises d’améliorer rapidement leurs prévisions et leurs décisions.

Les technologies numériques soutiennent également des méthodes de prévision améliorées et alternatives, y compris la modélisation de scénarios hypothétiques à l’aide de sources de données internes et externes. Cela peut impliquer l’adaptation des modèles de prévision et leur mise à jour pour refléter un monde qui a changé.

L’analyse prédictive, les techniques de modélisation statistique et probabiliste, l’analyse du comportement, l’apprentissage machine et les techniques d’exploration de données permettent tous d’analyser des faits actuels et historiques pour formuler des prédictions futures.

Adopter une vision à long terme – les changements stratégiques que la crise entraînera

Lorsqu’elles planifient à plus long terme, les entreprises doivent être conscientes des changements économiques. Cela signifie se poser un certain nombre de questions importantes :

  • Sommes-nous présents sur les bons marchés et vendons-nous les bons produits ?
  • De quelles compétences avons-nous besoin pour passer à des produits alternatifs ou à de nouveaux marchés ?

Les entreprises doivent être prêtes à évaluer la résilience de leur chaîne d’approvisionnement de bout en bout, en travaillant à la fois en amont et en aval de la chaîne avec les clients et les fournisseurs, en partageant des données et en fournissant davantage d’informations. Cela devrait impliquer de travailler avec des fournisseurs au-delà des niveaux 1 et 2.

Dans le même temps, il est nécessaire de mettre en place une stratégie de sortie de crise à grande échelle. Encore une fois, il y a beaucoup à considérer. Les entreprises devront par exemple évaluer comment le personnel peut retourner au travail tout en maintenant des protocoles de distanciation sociale, et si les mesures proposées sont durables. L’évaluation de l’impact sur la productivité, les coûts et la culture d’entreprise constituent autant de considérations cruciales.

Les entreprises doivent également envisager de développer une stratégie numérique avec une solide dorsale numérique en réimaginant comment elles peuvent accroître leur présence en ligne, créer des canaux alternatifs et développer de nouveaux canaux de clientèle. Elles doivent également réfléchir à la manière dont elles peuvent devenir plus agiles et plus souples au sein de la chaîne d’approvisionnement, et capables de passer à d’autres fournisseurs ou à de nouveaux fournisseurs si nécessaire.

Au cours de cette phase, il est essentiel de se concentrer sur une gestion efficace du personnel et une communication claire. Les entreprises devraient investir dans la formation, en veillant à ce que leurs employés comprennent les changements dans l’entreprise, la manière dont ils sont susceptibles de les affecter directement et ce qu’ils doivent faire pour rester efficaces et productifs dans la nouvelle normalité.

Alors que les entreprises manufacturières sortent du confinement et entrent dans la phase de reprise, elles sont confrontées à une série de défis opérationnels et stratégiques, car les ramifications de la COVID-19 continueront à se faire sentir pendant longtemps. Une utilisation accrue et mieux informée des technologies numériques est essentielle pour améliorer les prévisions et les décisions futures, jetant ainsi les bases de nouveaux modèles opérationnels qui garantissent la résilience des entreprises à long terme.

Vous avez des questions ?

Prenez rendez-vous avec nos experts