PARAMÈTRES ET PRÉFÉRENCES DE CONFIDENTIALITÉ

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l'analyse. En savoir plus
bekaert et robot
26/12/2018

Comment les robots (RPA) aident Bekaert à améliorer son processus d’approvisionnement

L’entreprise belge Bekaert, l’un des leaders à l’échelle internationale dans la transformation de câbles en acier et les technologies de revêtement, travaille avec des fournisseurs du monde entier. Chaque année, pas moins de 3500 contrats fournisseurs doivent être renouvelés, un processus qui nécessite un important travail préparatoire et administratif. Mais la situation est sur le point de changer : Bekaert est actuellement en train d’examiner comment l’automatisation robotique des processus (RPA) pourrait être appliquée aux tâches courantes dans la gestion du cycle de vie des contrats et dans l’approvisionnement.

Améliorer l’efficacité des processus administratifs

C’est DEL20, la série d’événements sur l’innovation et la co-création organisée par delaware, qui a convaincu Bekaert d’explorer les opportunités qu’offre le RPA dans le domaine de l’administratif : « Le RPA permet de limiter les interventions manuelles et de libérer du temps pour les activités à forte valeur ajoutée », explique Robrecht Coucke, IT Business Partnership Manager chez Bekaert. « Nous avons décidé d’étudier comment le RPA pouvait accroître l’efficacité des processus administratifs. Élaborer un business case s’est révélé facile : le département approvisionnement passe énormément de temps sur l’aspect administratif de la gestion du cycle de vie des contrats et des appels d’offres. Cela engendre parfois une certaine dispersion et des occasions manquées durant les négociations. Les délais supplémentaires dans l’attribution des contrats mènent à une perte d’efficacité dans les processus de commande. » delaware et les autres participants du DEL20 ont eux aussi manifesté leur enthousiasme pour le cas Bekaert, et une démonstration de faisabilité est déjà en cours.

La préparation des offres, un processus coûteux en temps

L’équipe en charge des achats chez Bekaert renouvelle annuellement 3500 contrats d’achat dans SAP. Bert De Bock, responsable des processus P2P, explique : « Afin de respecter la politique de notre entreprise, nos acheteurs doivent collecter et comparer de nombreuses informations sur les fournisseurs, les contrats dans SAP et le stockage des données, un processus coûteux en temps – et ce temps serait mieux employé dans des négociations qualitatives. De plus, les méthodes de travail varient fortement selon le lieu d’implantation, ce qui ne semble pas très professionnel pour un acteur de l’envergure de Bekaert. »

Automatisation : de la collecte des données au lancement d’appel d’offres

Le RPA permet de professionnaliser le processus de gestion du cycle de vie des contrats : tous les mois, le robot vérifie les contrats dans SAP deux mois avant la date de fin de validité, ou à un moment aléatoire choisi par l’acheteur. Il produit ensuite une série de rapports qui listent les fournisseurs et les détails de chaque contrat (quantités de matériaux, respect du contrat, informations sur la qualité, coûts imprévus, délais de livraison, nombre de plaintes, etc.) et il compile toutes ces données dans une feuille de calcul Excel prédéfinie. Une fois que le robot est prêt à charger les données dans la solution d’e-sourcing, il en informe l’acheteur. C’est ici qu’entre en jeu l’expertise des acheteurs : ils peuvent étudier les données, les adapter si nécessaire et autoriser le robot à soumettre un appel d’offres. Le robot créera alors un événement (c’est-à-dire qu’il lancera un appel d’offres) sur la plateforme d’e-sourcing et y ajoutera les fournisseurs impliqués selon les instructions de l’acheteur. Il ne restera alors plus à l’acheteur qu’à valider, à sélectionner les acteurs internes et à envoyer une invitation à tous les participants.

Réduction des coûts et conformité globale

« En automatisant ces tâches, nous aiderons le département des achats à contrôler et superviser ses contrats opérationnels et à se concentrer sur les résultats et les négociations, plutôt que sur la préparation et la gestion », ajoute Bert. « Cela nous permettra de réduire les coûts tout en améliorant la qualité. Le RPA nous aidera également à nous assurer que nos négociations contractuelles sont conformes aux processus internes, et ce dans le monde entier. »

Le RPA génère aussi de la valeur ajoutée après l’attribution du contrat à un fournisseur, car le robot télécharge vers SAP toutes les informations sur l’offre gagnante.  

Un processus Procure-To-Pay plus précis

Robrecht : « Ce point est réellement décisif pour nous, car cela signifie que chaque détail du contrat, des coordonnées aux tarifs en passant par les modalités, sera exact et actualisé dans notre solution Master Data. Les bons de commande et les factures seront ainsi corrects du premier coup. Disposer de Master Data précises nous aidera en outre à automatiser les processus de création de bons de commande et de factures. »



« La beauté du RPA réside dans sa capacité à permettre une implémentation graduelle des changements. Il est possible de l’utiliser tout d’abord pour automatiser des tâches individuelles, puis de le développer quand les utilisateurs y sont familiarisés. »

Personnes et machines : une combinaison gagnante

Bert et Robrecht ne doutent pas que le RPA aidera Bekaert à professionnaliser son processus d’approvisionnement. Dans une phase ultérieure, delaware et Bekaert implémenteront peut-être des outils de Machine Learning afin d’évaluer les fournisseurs présélectionnés. Le processus d’approvisionnement n’est par ailleurs pas le seul processus administratif comprenant des tâches répétitives et routinières qui pourraient être automatisées : les ventes et le département financier offrent également de nombreuses opportunités dans ce domaine.

« La beauté du RPA réside dans sa capacité à permettre une implémentation graduelle des changements. Il est possible de l’utiliser tout d’abord pour automatiser des tâches individuelles, puis de le développer quand les utilisateurs y sont familiarisés. »

Est-ce que cela veut dire que les employés seront bientôt remplacés par des machines ? Robrecht : « Absolument pas. Comme je l’ai expliqué auparavant, le robot en charge de l’approvisionnement s’occupe de la préparation et des tâches administratives, tandis que les acheteurs peuvent consacrer leur temps au sourcing et aux négociations. C’est tout simplement une combinaison gagnante : Better Together, comme le dit notre devise ».

Envie de vous lancer ? Contactez l’un de nos experts en automatisation des processus et emmenez votre entreprise vers l’automatisation robotique.