PARAMÈTRES ET PRÉFÉRENCES DE CONFIDENTIALITÉ

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l'analyse. En savoir plus
Les choses à faire et ne pas faire lors de votre migration vers SAP S/HANA
06-09-16

Les choses à faire et ne pas faire lors de votre migration vers SAP S/HANA

Des applications plus rapides, une analyse en temps réel des données transactionnelles et une expérience utilisateur améliorée... Voici quelques-unes des promesses de la technologie de base de données in-memory SAP HANA. Aussi attrayants que ces avantages puissent paraître, la peur de se lancer dans une migration complexe empêche encore de nombreuses entreprises de sauter le pas. Une peur injustifiée dans de nombreux cas, car la migration de bases de données en tant que telle s’accompagne de très peu de difficultés. Souvent, la situation se complique lorsque des mises à niveau techniques du système sont planifiées en même temps.

 

Veillez donc à ne pas tomber dans les 5 pièges les plus courants :

1. Faites-en une affaire d’entreprise

Migrer vers SAP HANA est bien trop souvent considéré comme un exercice de migration technique alors qu’il est prouvé que l’engagement précoce de l’entreprise est un facteur clé de réussite. Pour gagner la confiance de l’entreprise, il faut commencer par lui présenter les gains rapides. Ainsi, le reporting sur demande en temps réel et l’application d’approbation Fiori peuvent constituer de solides arguments capables de convaincre tant les utilisateurs que la direction des avantages de HANA. La capacité à débloquer des outils d’analyse opérationnelle via du contenu prêt à l’emploi sur les modules de base, avec la possibilité de les étendre à ses propres scénarios, a également quelque chose de particulièrement intéressant. Quant à la possibilité de disposer d’outils d’analyse intégrés via Fiori, elle permet de réunir physiquement le monde de la saisie de données et les fonctions d’analyse pour les utilisateurs de l’entreprise. Cela facilite l’accès aux KPI et permet une prise de décisions plus rapide.

Mettez également l’accent sur les avantages que leur apportera HANA dans leur travail quotidien. Par exemple, en leur montrant quel sera l’impact sur les performances de leurs 10 transactions les plus importantes. Enfin, présentez quelques-unes des nouvelles fonctionnalités offertes par SAP HANA. Si vous montrez à un responsable d’entrepôts comment rechercher des matériaux — en utilisant une fonction de recherche de type Google — sans avoir à saisir le nom complet du produit, vous attirerez assurément son attention.

En même temps, évitez de survendre les avantages de HANA. Définissez des attentes et un calendrier réalistes pour la migration.

2. Une bonne gestion de projet est toujours payante

Avant de vous lancer dans une migration SAP HANA, soyez sûr de bien analyser toutes les options. Procéderez-vous à la migration de tous les systèmes en même temps afin de limiter l’effort de test et les perturbations pour l’entreprise ? Ou préférez-vous adopter une approche progressive, ce qui réduira certes les risques, mais forcera l’entreprise à tester les intégrations à de multiples reprises ? Dans de nombreux cas, le coût sera le facteur déterminant. Malgré tout, la migration de plusieurs systèmes simultanément est une option qui vaut la peine d’être considérée. Car elle permet une meilleure planification et une meilleure affectation des ressources. Veillez toutefois à ce que les rôles et responsabilités de chacun soient clairement définis et à ce que les décisions concernant les tests et le dimensionnement soient prises de manière consciente.

3. Des tests, des tests et encore des tests

Les tests doivent être minutieusement préparés, exécutés et évalués. Pour ce faire, vous avez besoin d’utilisateurs professionnels expérimentés et d’outils spécialisés dans la gestion des tests, comme SAP Solution Manager ou Panaya. Ils ouvrent la voie à un processus de test structuré — évitant les tests isolés d’un flux particulier —, permettent l’automatisation et offrent une meilleure compréhension des résultats. La migration vers HANA en elle-même peut être relativement simple, mais elle s’accompagne souvent de mises à niveau techniques. Si elles ne sont pas testées correctement, ces dernières peuvent poser des défis supplémentaires. Pour relever les défis lorsqu’ils se présentent, faites confiance à des partenaires expérimentés.

4. Optez pour la dernière version de HANA

Pour un système HANA productif, les clients doivent partir d’une ancienne version et procéder à des révisions jusqu’à ce que le Datacenter Service Point (DSP) SAP HANA suivant soit atteint. Ce n’est qu’ainsi que le produit pourra être utilisé dans des centres de données et dans des environnements productifs.

5. Impliquez votre équipe SAP interne

Plus tôt vous impliquerez l’équipe SAP interne dans la migration vers HANA, plus elle apprendra et plus vite elle s’intéressera aux projets actuels et en initiera de nouveaux.
Quelle que soit la raison qui vous pousse à migrer vers SAP HANA — qu’il s’agisse de la réduction des coûts, de la simplification de l’environnement informatique, du développement d’un environnement informatique évolutif ou de problèmes de performance —, ne laissez pas la peur de la complexité vous empêcher de sauter le pas. La technologie est stable, le coût initial est en baisse et les bénéfices sont garantis. Mais bien démarrer ne veut pas dire que la bataille est gagnée. Opérez la transition tout en douceur.