Les multiples chemins du développement SAP

févr. 09, 2021

Les développeurs SAP sont nombreux chez delaware, chacun avec leur propre histoire. Quels tournants ont-ils pris dans leur parcours professionnel ? Quels choix les ont menés jusqu'ici ? Et quels sont leurs secrets de la réussite ?

‘Unique’, ‘audacieuse’ ou ‘stimulante’

ne sont que trois des qualificatifs utilisés par les développeurs SAP pour décrire leur carrière chez delaware. Donnons la parole à Danny, Ian, Jolien, Nathan, Stef, Tim et Elio pour qu’ils nous racontent leurs parcours.  



Le comptable audacieux: rencontrez Danny

Danny Sprangers (52 ans) est peut-être l’une des personnalités les plus marquantes de delaware – au sens positif du terme ! Comment un comptable s’est-il retrouvé à la tête d’une équipe de plus de 60 développeurs SAP ?  Danny nous raconte avec plaisir son parcours.

Possibly one of delaware’s most striking personalities: meet Danny


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« J'ai rejoint delaware à la fin des années 90, après avoir travaillé quelques années comme comptable pour un courtier d'assurance. J’étais intrigué par leur système mainframe et on me demandait de créer des requêtes de temps en temps. C'est là que j'ai ressenti la première démangeaison. Alors quand j’ai appris que delaware recherchait un comptable doté de compétences en programmation, je n'ai pas hésité. Après tout, il est plus facile d'apprendre à un comptable à programmer qu'à un développeur à faire de la comptabilité. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« Une sorte de schéma logique est apparu : tous les 6-7 ans, je ressens le besoin de changer d’horizon. Chaque fois que j'arrive à un carrefour dans mon parcours professionnel, je choisis une direction. Soit je continue dans la même direction, soit j'essaie quelque chose de nouveau et de stimulant - mais je vais toujours là où je peux m'amuser dans mon travail. Je suis d'abord passé du groupe Mainstream au développement SAP, puis aux data analytics, pour finalement revenir dans l'équipe de développement SAP – dont je suis maintenant le chef d'équipe. J'ai toujours fait des choix délibérés : me mettre au défi, apprendre, rester en éveil. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« À un moment donné dans votre vie de développeur, vous savez quand il est temps de transmettre votre passion aux plus jeunes générations. C'est là où j'en suis actuellement : mon amour pour la programmation ne changera jamais, mais je consacre maintenant du temps à guider les gens et à les voir évoluer. En tant que chef d'équipe, il n’y a rien de plus gratifiant que de voir les gens passer de zéro à ... J'admets qu'au début, j'ai eu du mal à abandonner le travail de développement, mais heureusement – tous les trente-six du mois - je peux résoudre certains problèmes moi-même ou vérifier des autorisations dans SAP. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Cela peut surprendre, mais je ne suis pas le genre de gars qui pense souvent à l'avenir. Je n'ai jamais fait de plan de carrière, mais j'ai toujours suivi mes passions. J'ai vite compris ce que j’aimais faire, et j'ai pu tracer ma propre voie en tant que développeur. C'est ce qui m'a aidé à rester motivé pendant toutes ces années. C'est pourquoi, dans les mois à venir, j'ai l'intention d'élargir mon rôle de chef d'équipe. Je prendrai sous mon aile nos collègues techniques asiatiques du Global Delivery Center et je continuerai à maintenir un esprit d'équipe élevé en tant que chef d'équipe pour l'équipe de développement SAP et récemment aussi pour l'équipe CTS. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Je dirais au jeune Danny qu'il est un développeur dans l'âme – et qu'il doit saisir toutes les opportunités qui se présentent à lui. Vous n'êtes pas obligé·e de rester dans votre rôle de développeur pendant plus de 20 ans si vous pensez pouvoir saisir d’autres opportunités. Soyez prêt·e à sortir des sentiers battus. Qui sait : parfois, un petit détour mène à un chemin plus fiable. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Je suis extrêmement fier de l'évolution de notre équipe. Cela peut paraître cliché, mais nous sommes plus que des collègues. ‘Programmation Pals, Code Bros, Développement Amigos’, quel que soit le surnom que nous donnons à l’équipe - nous nous soutenons mutuellement. Notre équipe est composée de passionnés par le code qui savent qu'ils peuvent compter les uns sur les autres et se faire confiance. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

‘Audacieuse’.


Le passionné du Cloud: rencontrez Ian

Ian Kerkhove (23 ans) est l'un des plus jeunes développeurs de l'équipe. Il a étudié les sciences informatiques appliquées à la Haute Ecole Erasmus de Bruxelles (Applied Sciences and Arts) - l'un des rares programmes en Belgique qui propose des cours de développement SAP. Quel genre de développeur est-il devenu ?

The team’s youngest developers: meet Ian


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« J'ai obtenu mon diplôme il y a deux ans et j'ai commencé mon premier emploi chez delaware en 2018. Mon stage s’était tellement bien passé que ce n'était pas du tout un choix difficile à faire. Le fait d'avoir reçu une formation en développement ABAP à l'école m'a également donné une longueur d'avance. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« Mon parcours en tant que développeur a été assez linéaire, avec quelques pas de côté occasionnels. Mes compétences en ABAP se sont avérées être une bonne base au début : j'ai appris à programmer en utilisant de nombreux langages différents (comme Java) et j'ai vraiment développé mon propre style. Saviez-vous qu’on peut obtenir le même résultat de plus de quatre manières différentes ? Ces derniers mois, je suis revenu aux bases et j'ai repris le développement ABAP, pour des demandes de personnalisation spécifiques de la part de clients. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« Dernièrement, je travaille trois jours par semaine comme développeur pour un bureau d'architecture belge spécialisé en éclairage. Je veille au bon fonctionnement de leur Cockpit SAP S/4HANA et j'ajoute de nouvelles fonctionnalités à leurs environnements existants. En outre, je suis le développeur principal du portail self-service B2B de delaware. Cette plateforme permet aux partenaires commerciaux d'interagir. C’est une sorte de boutique en ligne pour les entreprises. Je teste de nouvelles technologies et je me suis également impliqué dans des projets cloud de plus grande envergure. Notre équipe compte un petit groupe de passionnés du cloud et nous partageons régulièrement nos connaissances. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Dans un domaine de niche comme le développement SAP, l'innovation est essentielle. Les développeurs SAP ont la possibilité de combiner des connaissances de base en programmation avec les dernières technologies – et je voulais être l'un d'entre eux. Mes compétences en ABAP m'ont sans aucun doute été utiles, mais j'aimerais vraiment continuer sur la voie des solutions dans le cloud. Parce qu'elles sont l'avenir, et c'est aussi ce sur quoi SAP se concentre. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Arrêtez de douter – faites-le ! Si vous aimez la programmation, le développement SAP est l'un des environnements les plus enrichissants pour un développeur. Il est évidemment très important de se retrouver dans une bonne équipe (ce que j'ai fait). Étonnamment, j'organise régulièrement des sessions de formation. Nous apprenons tellement les uns des autres. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Je suis très fier de notre portail B2B. Mon collègue Karel et moi travaillons dessus depuis plus d'un an et demi. Comme nous l'avons construit sur la dernière plateforme dans le cloud, nous avons dû procéder par tâtonnements, mais maintenant, il fonctionne sans problème. Nous l'avons en fait développé comme un modèle, afin que d'autres clients puissent eux aussi facilement le mettre en œuvre. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

« ‘Unique’ ! Pendant que d'autres collègues juniors en apprenaient davantage sur ABAP, j'ai immédiatement pris le train du cloud en marche. Et je n'ai pas l'intention d'en descendre de sitôt. »


La bioingénieure qui aime coder: rencontrez Jolien

Jolien Lipkens (26 ans) est une bioingénieure reconvertie en développeuse. Quand est-elle entrée en contact pour la première fois avec les technologies de l'information et pourquoi s’est-elle réorientée ? L'histoire de Jolien est la preuve qu’une expérience préalable en programmation n’est pas indispensable pour devenir développeur SAP. Quel est le secret de sa réussite ?

A bioengineer turned developer: meet Jolien


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« En 2017, j'ai obtenu un master en Bioscience Engineering. J'avais en fait l'intention de trouver un emploi dans l'industrie pharmaceutique, mais en travaillant sur ma thèse, j'ai réalisé que j'aimais vraiment écrire des scripts de base. Puis, dans le cadre de mon premier emploi, on m'a demandé de valider dans SAP. C'est alors que j'ai su que je voulais apprendre à programmer et développer quelque chose dans SAP moi-même ! J'ai parlé à un ami qui travaillait chez delaware et il m'a convaincu de postuler. Pour faire court : j'ai rejoint l'équipe de développement SAP en novembre 2018. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« Mon parcours vers le développement SAP peut sembler un peu inhabituel. Comme j'avais peu ou pas d'expérience en informatique, j'ai énormément appris par moi-même et recueilli beaucoup de conseils et d'astuces auprès de mes collègues. Danny, mon team lead, m'a poussée hors de ma zone de confort et m'a tout de suite mise sur un projet. J'ai aidé un collègue à mettre en place le ‘launchpad’ pour un de nos clients et j'ai géré les autorisations, ce qui m'a permis de connaître Fiori. Plus tard, je me suis frottée au développement ABAP grâce à d'autres missions. Ma première année en tant que développeuse m’a permis d’apprendre beaucoup par la pratique. Je me suis sentie utile et appréciée. Aujourd'hui, je suis à l'aise avec la programmation, mais je fais encore quelques autorisations. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« En 2020, j'ai alterné la programmation et la configuration d’autorisations, car beaucoup de nos clients passent de SAP ECC à SAP S/4HANA. Mes compétences en matière de résolution de problèmes m'aident certainement dans la partie technique du travail. Je suppose que je dois remercier mes professeurs d'ingénierie ! J'ai également organisé des ateliers avec des clients et j'apprécie vraiment le contact étroit et le nombre croissant de responsabilités que j'assume. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Quand je regarde les premières lignes de code que j'ai écrites, je me dis ‘oups’. J'ai vraiment évolué en tant que développeuse. À l'avenir, je veux affiner mes compétences ABAP et continuer à travailler avec Fiori. Ce serait tellement bien si je pouvais écrire des applications Fiori. J'aime apprendre de nouvelles choses, et j'ai hâte de me lancer dans le développement front-end aussi. Les possibilités sont infinies – ici, vous écrivez votre propre histoire. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Ma mère travaille dans l'informatique et elle a toujours pensé que le développement me conviendrait. Je suis si heureuse d'avoir écouté ses conseils ! Mon conseil serait de ne pas trop s'inquiéter. Donnez-vous le temps d'apprendre. Je me souviens avoir pensé : « Dans quoi est-ce que j’ai mis les pieds ? Je n'y comprends rien ! » Mais voilà, personne ne devient un expert SAP du jour au lendemain. Et aussi : restez en contact avec des collègues qui font peut-être tout à fait autre chose que vous. Vous ne savez jamais ce qu'ils pourraient vous apprendre. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Un de nos clients prévoit de construire une voiture. Nous l'avons guidé dans sa mise en œuvre de S/4HANA, et je me suis occupée du styling de son ‘launchpad’ et des autorisations. Alors, quand j’entends qu’on parle de cette société à la télévision, sachant que notre travail, nos développements, sont utilisés quotidiennement pour vraiment fabriquer une voiture, je me dis que c'est franchement cool. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

 ‘Passionnante’.


L'homme résolu: rencontrez Nathan

Nathan Van Lombeek (28 ans) est ce que l'on pourrait appeler ‘un homme résolu’. Il est convaincu qu'il faut se fixer des objectifs et saisit chaque occasion qui se présente avec un enthousiasme sincère. Quel est son secret pour devenir un développeur SAP accompli ?


The man with a plan: meet Nathan


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« J'ai rejoint delaware en 2016, après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur commercial en gestion des opérations. À l'époque, je savais ce qu'était un ERP et j'avais quelques compétences rudimentaires en programmation. A peine sorti de l'école, j'ai été intrigué par la combinaison de l'informatique et de la consultance. Je savais qu’un métier de consultant implique d’entrer en contact avec toutes sortes d'industries et de clients – et c'est ce que je voulais : entrer dans un contexte commercial réel sans m'engager dans un secteur spécifique. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« Commencer ma carrière comme développeur a été un choix délibéré – et peut-être surprenant (étant donné mes études non liées aux technologies de l'information). J'avais l'intention d'aiguiser mes compétences techniques d'abord, puis d'aller plus loin. Je suis l'un des rares développeurs ayant une formation commerciale, on peut donc dire que je ne suis pas du genre à suivre les sentiers battus. Au fil des ans, j'ai découvert mes points forts : faire passer des idées de la théorie à la réalité commerciale, poser des questions critiques et être un coach. J'ai définitivement évolué vers un rôle de coordination ; c'est ma façon de créer de la valeur pour les clients et les collègues. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« Cette année, je me suis aventuré hors de ma zone de confort et j'ai cherché de nouvelles façons de me mettre au défi. Environ une fois par an, je prends du recul et je décide de l'orientation de ma carrière. J'expérimente actuellement la direction d'une équipe de développement. J'élabore et je mets en œuvre des méthodes de travail pour faire fonctionner sans heurts un processus de développement complexe. Je suis responsable des opérations de développement et de leur mise en œuvre, un rôle de gestion que je n'avais jamais assumé auparavant. La gestion du projet est presque un travail à plein temps, mais je fais aussi encore un peu de travail de développement. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Je suppose que lorsque mon projet actuel en tant que développeur principal sera terminé, il y aura de la place pour d'autres projets et pour la construction de relations à long terme avec les clients. Mon objectif est de devenir ‘remplaçable’ : je veux mettre en place un projet et créer une continuité, en préparant mon équipe à mon absence. Je pense que c'est une façon pour moi de créer de la valeur. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Soyez ambitieux·se, mais réfléchissez avant d'agir. Je pose souvent aux gens (y compris à moi-même) la question suivante : ‘Pensez-vous être prêt·e pour cela ? Penser que vous êtes invincible n'est pas la voie à suivre dans votre carrière. Prenez donc le temps de décider par vous-même si vous vous sentez bien dans votre rôle actuel de développeur·e, et si ce n'est pas le cas, ayez le courage de changer quelque chose. Chez delaware, vous avez la liberté de tracer votre propre voie, mais vous devez prendre les choses en main si vous voulez évoluer. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Je suis fier d'être devenu un développeur de premier plan. J'ai pu nouer des liens avec des collègues, grâce à des intérêts mutuels mais aussi grâce au coaching. Ce sont ces relations qui me donnent de l'énergie ! J'ai également essayé d'introduire un certain niveau d'esprit d'entreprise dans mon travail, en construisant des choses que nous pourrons commercialiser plus tard. J'aime le soutien que delaware apporte à cette mentalité, qui est aussi la mienne. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

 ‘Focalisée’.


Le papa développeur: rencontrez Stef

Stef Van Wienendaele (28 ans) vient de devenir papa pour la deuxième fois. Comment concilie-t-il sa vie de famille avec celle de développeur SAP ? Quels sont les choix qui l'ont conduit ici ?


The developer dad: meet Stef


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« J'ai toujours eu un grand respect pour les entrepreneurs et j’ai moi-même eu envie de créer une entreprise après avoir terminé mes études en gestion des PME. Cependant, au cours de ma deuxième année, j'ai été initié au développement web, ce qui m'a amené à reconsidérer mes options. J'ai alors décidé de m'inscrire dans le domaine des médias graphiques et numériques. J'ai tout de suite su que j'avais fait le bon choix. J'ai rejoint l'équipe de développement SAP de delaware en 2016. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« J'ai passé mes six premières semaines dans le bureau delaware à Gand, mais je suis très vite parti pour Harbin (Chine) afin de donner à nos collègues sur place une formation de base en matière de développement dans le cadre de mon stage. Une expérience tellement passionnante et enrichissante pour le développeur web débutant que j'étais à l'époque ! En quelques mois seulement, j'ai appris à maîtriser les principes de base de SAP. De retour chez moi, j'ai intégré l'équipe qui a aidé delaware à migrer vers le cloud. Après cela, j'ai participé à mon premier projet en tant que développeur SAP Fiori pour un client proche de chez moi – 3 ans plus tard, nous sommes toujours aussi forts. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« Je me suis toujours senti attiré par les nouvelles technologies, c'est pourquoi je me suis principalement concentré sur la création d'applications Fiori. Même si le développement SAP est un domaine de niche, il y a tant de composants et de fonctionnalités différents, qu'il est difficile de choisir un favori. En plus de Fiori, je m'occupe également de projets de développement avec Angular. J’aime la variété que m’offre mon travail de développeur et, surtout, la liberté de choisir des projets avec des clients qui sont situés plus près de chez moi. Cela aide beaucoup à garder un équilibre sain entre le travail et la vie privée. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« En fait, j'aime le développement front-end et back-end, je compte donc affûter mes compétences dans ces deux domaines. SAP Fiori, Java et Angular devraient me tenir occupé pendant les prochaines années 😉. Je suis également convaincu qu'une bonne relation avec les collègues et les clients est une des clés du succès. C'est pourquoi j'ai hâte de rencontrer les utilisateurs finaux, de développer des interfaces conviviales et de devenir un développeur et un sparring partner encore meilleur. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Quelque chose que tout le monde dans notre équipe connaît et vit : essayez le plus de choses différentes possibles dans le cadre du développement SAP – surtout au début. Soyez ouvert·e aux langages de programmation ou aux méthodes qui sont nouveaux pour vous, et demandez de l'aide quand vous en avez besoin. On ne sait jamais quelles compétences pourraient s'avérer utiles plus tard dans sa carrière. Cherchez à devenir un·e développeur·se ‘largement déployable’. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« J'ai participé à la création d'une application web Fiori qui permet aux utilisateurs finaux d'ajouter facilement des partenaires commerciaux dans le système et d'en assurer le suivi. C'est l'un de mes projets au long cours, car nous avons dû procéder à plusieurs itérations pour le mener à bien, mais c'est aussi l'une des meilleures applications que j'aie créées et de la plus haute qualité. Les efforts déployés pour créer cette application, combinés à l'interaction harmonieuse avec le client, en font un projet dont nous pouvons être fiers. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

« ‘Stimulante’ – dans le bon sens du terme. D’un point de vue technique, SAP est le type de logiciel qui empêche les développeurs de s’endormir sur leurs lauriers. »

Le féru de stratégie: rencontrez Tim

Tim Leys (32 ans) travaille chez delaware depuis 2010. En dix ans, il a vu tripler le nombre de collaborateurs au sein de l'équipe de développement SAP. Quel genre de développeur est-il devenu ? Et qu’est-ce qui le motive le plus ?

The strategic team player: meet Tim


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« J'ai rejoint delaware juste après avoir obtenu mon diplôme en informatique appliquée. J'allais devenir développeur de logiciels, c'était certain. À l'époque, je m'intéressais déjà à tout ce qui avait trait aux systèmes ERP et aux processus d'entreprise, donc le choix de delaware était évident. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« Je me souviens encore de mon premier projet comme si c'était hier – j'avais un peu l'impression d'être jeté dans la fosse aux lions. Mais sans m’en rendre compte, je construisais projet après projet. Après 2 ou 3 ans, j'ai eu une bonne discussion avec un collègue plus expérimenté et il m'a fait comprendre que je ne devais pas tout faire tout seul. Si je voulais m'épanouir en tant que développeur, il était temps de commencer à déléguer des tâches aux autres membres de l'équipe et à partager mes connaissances en les aidant. Lentement mais sûrement, j'ai alors pris plus de responsabilités et j’ai endossé mon rôle de manager et de ‘solution lead’ (un rôle qui se concentre sur la stratégie de mise sur le marché, les résultats financiers et la performance globale de l'équipe). »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« L'innovation a toujours été un élément clé de notre équipe : SAP S4/HANA et Fiori étaient déjà sur notre radar depuis le premier jour. Cela explique aussi pourquoi je me concentre actuellement surtout sur la vision et la stratégie de notre équipe : quels sont les projets que nous prenons en charge, comment nous définissons notre propriété intellectuelle, etc. Je suis également devenu très doué pour ‘éteindre les incendies’, c'est comme ça qu'on appelle un problème technique urgent qui doit être résolu au plus vite. Aujourd'hui, je ne développe plus autant, car je passe la plupart de mon temps à guider l'équipe et à convaincre les clients de faire appel à nos services. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Il y a encore tellement de choses que je veux apprendre ! Le problème avec SAP, c'est que vous ne connaîtrez peut-être jamais toutes ses possibilités, car de nouvelles fonctionnalités sont ajoutées en permanence. Nous nous concentrons sur SAP Cloud, et je compte continuer à motiver mes collègues à essayer quelque chose de nouveau. Notre équipe compte désormais plus de 60 développeurs SAP, chacun ayant sa propre spécialisation et son propre parcours professionnel. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« Je pensais que je pouvais travailler plus vite seul, mais en fait c'est le contraire. Déléguer certaines tâches permet aux membres de votre équipe de s'épanouir. À long terme, cela s'est avéré être notre force. Mon mentor m'a toujours dit : ‘Fais ce que tu fais le mieux et délègue le reste’. Je me souviendrai toujours de son conseil. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Chaque jour, je suis impressionné et touché par la détermination de nos développeurs à construire les choses les plus étonnantes. Je suis fier de la croissance phénoménale de l'équipe – et pas seulement en nombre. Le fait que les gens quittent rarement l'équipe en dit long aussi. De même, les prix que nous recevons de SAP (par ex. les SAP Pinnacle Awards) prouvent que notre partenaire technologique reconnaît aussi nos contributions exceptionnelles. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

‘Palpitante’.


Le programmeur globe-trotter: rencontrez Elio

Elio Lopez Vazquez (30 ans) est un grand voyageur : il a étudié l'informatique dans sa ville natale de Grenade (en Espagne), a participé à un échange Erasmus à Lyon (France) et a ensuite fait un stage chez delaware à Courtrai (Belgique). Quel périple !

Quite the traveler: meet Elio


Quand avez-vous rejoint delaware ?

« De retour en France, je combinais travail et études. J'étais responsable de la maintenance de l'application de marchés publics pour le département du Rhône, qui allait permettre de gérer tous les contrats entre le gouvernement local et les entreprises. Ensuite, pendant l’été de 2015, j'ai effectué un stage de deux mois chez delaware, au cours duquel j'ai assemblé une imprimante 3D de A à Z et effectué quelques tests. Je suis alors retourné à Lyon pour terminer mes ma maitrise avant de finalement m'installer en Belgique. J'ai rejoint l'équipe de développement SAP de delaware en 2016. »


Au fil des ans, comment a évolué votre parcours professionnel ?

« J'ai toujours été curieux et créatif. Avant de commencer chez delaware, je ne savais pas grand-chose sur SAP, donc j'avais évidemment encore beaucoup à apprendre. Je pense qu'il m'a fallu environ 6 mois pour perfectionner mes compétences et jeter les bases de ma carrière dans le développement SAP. Aujourd'hui, après quatre ans, c’est en ABAP que je me sens le plus à l’aise, pour résoudre des problèmes complexes. Mais ma spécialité, c'est SAP Business ByDesign : je suis l'une des personnes de contact en cas de problème technique. Au fil des ans, j'ai découvert que j'aime vraiment faire des choses qui n'ont jamais été faites auparavant. Concevoir et construire une solution complète à partir de zéro, c'est ce qui fait battre un peu plus vite mon cœur de développeur. »


Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

« Ces jours-ci, je développe une application RF pour l'un des plus gros clients de delaware. Les données provenant des scanners de leur entrepôt doivent être disponibles dans SAP, donc je conçois le programme qui permet aux utilisateurs de voir ces informations. Je suis également devenu papa pour la première fois, donc l'équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie privée est évidemment aussi une priorité pour moi. »


Quelles sont les nouvelles étapes que vous prévoyez de franchir à l’avenir ?

« Je pense que mes compétences en matière de gestion de projet pourraient s'avérer utiles dans le futur. Je veux prendre les rênes plus souvent et construire des relations solides avec les clients en communiquant davantage. Oui, je suis développeur, mais je suis aussi consultant ; je conseille les clients et les guide à travers des projets difficiles sur le plan technique. »


Quels conseils donneriez-vous à une version plus jeune de vous-même ?

« N'ayez pas peur de poser des questions, même si elles vous semblent idiotes. Au début de ma carrière chez delaware, je tenais une liste de tous les acronymes que les gens utilisaient, car je n'étais pas assez sûr de moi pour leur demander ce qu'ils signifiaient. Le jeune Elio avait encore besoin de sortir de sa coquille 😊. »


De quoi êtes-vous le plus fier ?

« Mon projet de développement préféré est celui que j'ai réalisé avec une entreprise qui fabrique des vêtements et des équipements militaires (entre autres). Leur but était de gaspiller moins de tissu lors de la fabrication de gilets pare-balles. Une tâche complexe, car il y a tellement de couches et de motifs à prendre en compte. En collaboration avec le responsable informatique, j'ai développé un modèle sur mesure à leur intention. C'était un projet incroyablement intense, mais d'autant plus satisfaisant. »


Pouvez-vous résumer en un mot votre carrière en tant que développeur SAP ?

« ‘Enrichissante’. J'ai déjà fait de grands progrès et j'ai hâte de découvrir la suite. »