PARAMÈTRES ET PRÉFÉRENCES DE CONFIDENTIALITÉ

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les annonces, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires des médias sociaux, de la publicité et de l'analyse. En savoir plus
Agoria Solar Team Diversity
05-08-20

La diversité : moteur de l’Agoria Solar Team

Quels sont les ingrédients pour gagner une course automobile à l’énergie solaire ? Un excellent pilote, une voiture rapide, des technologies de pointe, une stratégie solide mais aussi une équipe composée d’individualités complémentaires où chacun a la chance de briller. L’Agoria Solar Team combine tous ces ingrédients – et leurs résultats en sont la preuve. Nous avons demandé à quatre membres de l’équipe de nous parler de leurs expériences en matière de diversité – sur le circuit et en dehors.

Ne considérez pas l’Agoria Solar Team comme « une simple équipe de course automobile ». Sous le slogan « Inventez. Améliorez. Inspirez. », ce groupe d’étudiants ingénieurs belges s’est fait une place importante et est reconnu sur le circuit international des courses automobiles à l’énergie solaire. En 2018, l’équipe a terminé à la première place de la course Carrera Solar Atacama au Chili. En 2019, ils ont remporté le prestigieux Bridgestone World Solar Challenge en Australie – une course mémorable de 3021 km à travers l’arrière-pays australien.

En février, l’équipe était bien partie pour poursuivre cette tendance victorieuse lors du SASOL Solar challenge en Afrique du Sud. Nous avons eu la chance de discuter avec Ine Verhaeren, responsable du marketing, des relations commerciales et des finances, Inge Habets, ingénieure spécialisée dans les matériaux composites et pilote, Romanie Cnockaert, en charge de la stratégie de course ainsi qu’avec Yante Van Ham, responsable de la communication externe.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de rejoindre cette équipe ?

Ine : « Dès le premier jour de ma formation chez Group T, l’école d’ingénierie technique de la KU Leuven, j’ai été intriguée par la voiture solaire exposée dans le hall principal. Lorsque j’en ai appris plus sur l’équipe qui était derrière cette voiture et que je pouvais en faire partie, j’ai immédiatement été conquise. »

Inge : « Ce qui m’a le plus attirée, c’était la « compétition » et le fait qu’il y avait un objectif clair à atteindre. Parallèlement, le projet m’amenait à sortir de ma zone de confort, et je n’ai simplement pas pu y résister. »

Romanie : « En tant qu’experte en stratégie, j'ajouterais que la Solar Team a été un moyen formidable de mettre en pratique la théorie que j’ai pu assimiler au fil des ans. »

Yante : « Exactement. Et n’oublions pas le thème de la durabilité. Pour moi, cela a également été une importante source de motivation. »

Selon vous, quel rôle joue la diversité dans la réussite de l’équipe ?

Yante : « Je dirais que la diversité joue un rôle crucial. L’équipe est composée de personnalités aux compétences différentes. Certaines d’entre nous arrivent plus facilement à garder une vue d’ensemble sur le projet, tandis que d’autres se concentrent sur certains détails qui s’avèrent essentiels. »

Inge : « Je suis tout à fait d’accord. Du point de vue pédagogiaue, nos formations en tant qu’ingénieures civiles et industrielles sont également très complémentaires. Les ingénieurs civils pensent davantage en termes de concepts, alors que les ingénieurs industriels ont tendance à être plus axés sur la pratique. »

Romanie : « Cet accent mis sur la diversité et la complémentarité se reflète aussi dans le processus de recrutement pour l’équipe. Cette année, 80 candidats se sont présentés. Bien qu’ils aient tous une fomation technique, nous avons porté une attention particulière à trouver un équilibre entre les compétences techniques et interpersonnelles. »

Ine : « C’est vrai. La philosophie générale est de ne pas se référer uniquement aux mérites sur papier mais surtout de voir comment un problème spécifique est abordé. »

Certaines d’entre vous ont fait des études dans la filière STEM, un domaine connu pour être majoritairement masculin. Comment l’avez-vous vécu ?

Yante : « Malheureusement, c’est toujours une réalité ; sur les 200 élèves de ma classe, entre 10 à 15 étaient des filles. Cependant, je dois ajouter que je n’ai jamais été désavantagée – si ce n’est peut-être que les professeurs connaissaient mon nom et remarquaient donc plus facilement si je manquais un cours – ce que je n’ai jamais fait, bien entendu. » (rires)

Romanie : « Absolument. Et je suis également d’accord sur le fait que je n’ai jamais ressenti le moindre désavantage d’une quelconque manière. J’imagine que cela est lié à l’éducation. Par exemple, mes parents ne m’ont jamais poussée vers une direction particulière. J’étais libre de faire mes propres choix. »

Pensez-vous que les choses s’améliorent à cet égard ?

Ine : « C’est difficile à dire, mais je pense que c’est le cas. Par exemple, nous avons organisé les Solar Olympics, un concours qui encourage les étudiants de l’enseignement secondaire à développer leur créativité autour de l’énergie solaire, et nous avons constaté qu’il n’y avait aucune disparité entre garçons et filles. Tous ont montré le même niveau de motivation pour expérimenter la technologie et faire preuve d’inventivité. »

Que diriez-vous aux jeunes filles qui souhaitent faire carrière dans l’ingénierie et la technologie ?

Yante : « Avant tout, je leur dirais de ne pas avoir peur. Bien sûr, elles côtoieront davantage d’hommes que de femmes, mais il y a des millions d’opportunités de construire de solides amitiés. »

Ine : « Je suis d’accord et j’ajouterais que c’est important de transformer toute critique ou préjugé auquel elles pourraient êtes confrontées en motivation. En tous cas, cela a réussi pour moi. »

Inge : « Le plus important est que ce que vous faites vous procure du plaisir. J’aime faire partie de cette équipe, j’aime la course. C'est pourquoi, je ne laisserai personne m’empêcher de faire ce qui me rend heureuse. »

Romanie : « … et ne vous laissez pas intimider. Si vous aimez ce que vous faites, foncez. »

Qui vous a inspirées ?

Yante : « Mes professeurs m’ont toujours inspirée, et m’ont montré l’étendue des possibilités dans ce domaine. »

Ine : « Laurence Schuurman a été une source d’inspiration pour moi. Elle a été élue Young ICT Lady 2018 et a brillamment défendu la cause des femmes dans l’enseignement des STEM. »

En tant que partenaire de l’Agoria Solar Team, delaware met un point d’honneur à souligner les réalisations de cette équipe sur le plan de la diversité. Découvrez les étapes que nous entreprenons pour construire un environnement de travail plus inclusif.