12-03-15

Delaware Consulting évalue la maturité digitale des entreprises belges

Courtrai, 12 mars 2015  – Delaware Digital, le bras digital de Delaware Consulting, publie cette semaine les résultats d'une étude sur la maturité digitale des entreprises belges. À la demande de Delaware Digital, la Karel de Grote-Hogeschool à Anvers a sondé 213 entreprises belges de toutes tailles afin de déterminer dans quelle mesure elles sont actives dans le domaine digital et ce qu'elles considèrent comme les principaux défis dans ce domaine. « Une première », selon Olivier Verberckmoes, partenaire de Delaware Digital. « Aucune autre étude belge n'a été réalisée à une telle échelle sur la maturité digitale dans tous ses aspects. ».

Immaturité digitale

De nombreuses études internationales ont récemment révélé que l'implication des entreprises dans le domaine digital est déterminante pour leur survie et leur prospérité. « La digitalisation nous ramène au cœur même de la vente et du marketing, où l'expérience client occupe une place centrale. Comprendre le client, le satisfaire, le motiver et le servir sont autant de manières de devancer la concurrence. C'est là que peut intervenir la technologie sous de nombreuses formes. Les entreprises qui réussissent à l’utiliser pour la mettre au service du consommateur en la combinant avec la bonne culture, sont les gagnants de demain », explique Olivier Verberckmoes. L’enquête de Delaware Digital révèle toutefois que le passage au digital n'est pas une mission facile pour les entreprises belges.

La Belgique a encore beaucoup de chemin à faire sur l'autoroute digitale. On note par exemple que seuls 44 % des personnes qui ont participé à l'enquête ont un site internet adaptif, alors qu'ils sont parfaitement conscients du fait que l'avenir –mais aussi déjà le présent – passe par des solutions mobiles. 76 % des entreprises interrogées ont au moins un compte sur les médias sociaux, mais à peine 28 % d’entre elles dialoguent effectivement avec le client. Le manque de ressources s'avère être un point problématique : seules 5 % des entreprises interrogées ont un community manager et à peine 10 % des participants à l'enquête ont un département digital au sein de leur entreprise. L’importance du digital est toutefois clairement perçue : 90 % des participants sont convaincus du fait que leurs activités digitales vont augmenter dans les deux années à venir.

De la queue à la tête du peloton

Pour les besoins de l'étude, la Karel de Grote-Hogeschool a interrogé des grandes entreprises et des PME. En fonction de leur maturité digitale, c'est-à-dire de leurs activités digitales et de leur organisation interne, elles ont été réparties dans quatre catégories. Près de 62 % des entreprises belges entrent dans la catégorie « Retardataires digitaux », sociétés qui n'ont encore pris que peu d'initiatives digitales. Les petites entreprises entrent pour la plupart dans cette catégorie ou dans la catégorie « Opérateurs digitaux », sociétés qui ont déjà franchi une série d'étapes prudentes dans le domaine. Les « Militants digitaux » sont de grandes ou de petites entreprises qui ont pris avec enthousiasme le train du digital, mais dont la vision n'est pas encore au point. Les 13 % de « Leaders digitaux » sont plutôt de grandes entreprises. Elles demeurent toutefois aussi quelque peu frileuses.

Frilosité chez les grandes et petites entreprises

Tant les grands que les petits acteurs ont peur du défi technologique et s'interrogent sur des aspects tels que la sécurité, la vie privée et les spams. Ces entreprises craignent également de perdre le contact physique avec leurs clients dans l'économie digitale. « Nous présumons que beaucoup d'entreprises attendent en observant ce que fait la concurrence dans leur secteur. Tant que leurs concurrents ne bougent pas et n'innovent pas, elles font de même », dit encore Olivier Verberckmoes.

Force de frappe réduite

Les résultats confirment l'expérience de Delaware Digital : « Nous voyons chaque jour comment les entreprises belges vivent le tsunami digital. Beaucoup d'entre elles ont des doutes et se posent des questions. Celles qui traînent les pieds perdent de leur force de frappe. Si tout notre pays prend du retard, c'est même l'ensemble de notre économie qui subit un impact négatif. Avec cette étude, nous avons voulu apporter des éléments destinés à permettre une réflexion critique sur la maturité digitale et la manière de préparer l'avenir. Le moment est venu de procéder à une réflexion globale et d'entamer la transition. »

Delaware Digital a rassemblé les résultats de l'étude dans un livre blanc disponible à partir de ce jeudi 12 mars sur le site internet:http://digital.delawareconsulting.com/digitalmaturity